Pour comprendre le pape François, on pourrait bien commencer par sa devise papale, Miserando atque eligendo (« voir la miséricorde et le choix), qui est emprunté à un commentaire sur les Évangiles, en particulier, l’histoire de Jésus appelant Matthieu, le collecteur d’impôts, pour être son disciple.

Fr. Un petit accueil du pape François en 2015

Matthew était un professionnel de la finance de son temps. Alors qu’il était juif, il a travaillé dans le milieu de l’Empire romain conquérant à la collecte des impôts du peuple. Matthew aurait pu se convaincre qu’il effectuait un précieux service financier pour sa communauté. Mais Jésus lui-même n’hésite pas à appeler Matthieu un « pécheur ». L’ordre de Jésus à Matthieu de le « suivre » était scandaleux précisément parce que les percepteurs d’impôts avaient une réputation terrible et étaient connus pour tromper leurs co-religionnistes de leur argent.

Deux mille ans plus tard, la profession financière n’est pas tenue en plus grande estime, et non sans raison. L’éthique a été soulignée par les organismes de réglementation, les groupes commerciaux et les organisations professionnelles au fil des ans, mais cela n’a pas encore complètement désabusé les investisseurs de l’idée que les professionnels de la finance font un argent gratuit à leurs frais. De plus en plus conscients que leur conseiller financier de confiance était d’abord et avant tout un vendeur, les investisseurs de détail ont commencé à faire pression pour des arrangements forfaitaires, et la règle fiduciaire semble prête à prendre de l’expansion dans un proche avenir.

Il ya une poussée saine maintenant pour construire un partenariat entre l’investisseur et le conseiller, et de faire ce qui est juste dans le monde de la finance pour aider à construire la confiance entre les parties. Ce n’est pas un hasard si l’on pousse à faire ce qui est juste dans les investissements eux-mêmes. L’investissement responsable, largement considéré, est un effort pour étendre les principes éthiques à la décision même de ce que les investissements à poursuivre. L’investissement responsable peut prendre n’importe quel nombre de formes, des écrans négatifs à l’investissement d’impact, mais l’objectif est le même : la cohérence entre ses croyances et son portefeuille, et par conséquent pour établir une relation de confiance entre l’investisseur et la société dans son ensemble.

Pourtant, aujourd’hui, la déconnexion entre les marchés et l’économie réelle ne pouvait pas être plus prononcée. Depuis 2009, les marchés ont connu leur plus longue course à la hausse de l’histoire, mais les avantages n’ont pas été partagés à parts égales. Par de nombreuses mesures d’inégalité, la société a régressé. Les faibles taux d’intérêt, bien qu’ils puissent profiter au riche preneur de risques, ne profitent qu’indirectement à l’employé à salaire horaire qui a à peine assez d’argent pour payer la nourriture, le loyer et la garde d’enfants. Avec très peu d’actifs à afficher en garantie et avec des profils de crédit risqués, les pauvres auraient la chance d’avoir accès à des prêts bon marché ou des lignes de crédit. Pendant ce temps, ils gagnent peu d’intérêt sur l’argent qu’ils ne parviennent à économiser.

Aujourd’hui encore, malgré 40 millions de personnes sans emploi en raison de la pandémie de COVIDE-19, le S&P 500 s’est rapidement rallié à ses plus bas niveaux de pandémie. Alors que l’on pourrait facilement soutenir que le marché boursier n’est certainement pas l’économie entière, une perspective éclairée par la foi chrétienne trouverait cet écart râper sur la conscience. Comment se fait-il que ceux qui ont des actifs continuent d’en bénéficier alors que des dizaines de millions de personnes sont plus que jamais en difficulté?

L’investissement est rarement associé à la justice ou à la miséricorde, et c’est là que réside le problème. Si chaque activité économique est morale, aucun investissement n’est neutre en valeur. Le pape Benoît XVI a résumé ainsi l’enseignement du pape Jean-Paul II sur le sujet : « L’investissement a toujours une signification morale et économique. » Le pape François l’a dit ainsi : « Chaque décision économique significative prise dans une partie du monde a des répercussions partout ailleurs. » La difficulté d’évaluer ces impacts n’excuse pas l’investissement contraire à l’éthique, mais souligne seulement la nécessité d’une grande honnêteté et transparence de la part des entreprises et, à titre d’exemple, du travail précieux que de nombreuses agences de notation ESG accomplissent actuellement.

François explique qu’il est possible d’orienter notre sophistication moderne et notre technologie vers un programme d’investissement qui est intrinsèquement miséricordieux. Comme Jésus dans l’Évangile, les professionnels de la finance doivent aussi « choisir et faire preuve de miséricorde ». Des milliards de personnes dépendent d’une économie saine, d’un système financier qui fonctionne bien et d’une société inclusive, c’est-à-dire d’une société qui favorise le développement humain. Tout le monde en profite lorsque notre système financier, de haut en bas, reflète une approche miséricordieuse et centrée sur la personne. En fin de compte, il faut un effort concerté de la part de tous les participants de l’industrie pour construire un tel système, dans le cadre d’un partenariat entre les professionnels de la finance et les intervenants.

Mulenga Bwalya COUNTRY INVESTMENT MANAGER, MALAWI AND ZAMBIA (LUSAKA, ZAMBIA)
TwitterLinkedInFacebook

Les projets de développement exigent généralement que l’investisseur établisse les modalités, en fonction de l’expérience et des leçons tirées d’initiatives similaires dans le passé. L’expérience et les meilleures pratiques mondiales sont nécessaires, bien sûr, pour déterminer le type de financement, la durée de votre engagement, la stratégie de gestion des risques et le plan de sortie.

Inévitablement, cependant, un défi se pose qui est de nature très locale. Lorsque cela se produit, les chefs de projet locaux sont susceptibles d’être les plus informés sur ce qu’il faut faire. Cela pourrait être un défi dû aux perturbations météorologiques, aux influences culturelles locales — ou, comme cela s’est produit plus récemment, à une pandémie qui, bien qu’mondiale, a eu des répercussions uniques dans tous les coins du monde.

Lorsqu’il y a un défi à relever, le comité de l’agriculture du SCJ se réunit pour décider de la réponse.

Missio Invest a offert des subventions spéciales à tous ses investisseurs pour aider dans la crise COVIDE, mais les investisseurs ont décidé de mettre les fonds à profit. Le comité des fermes scj a discuté de la façon dont ils pourraient atténuer les pertes auxquelles ils ont dû faire face d’avoir à continuer à nourrir leurs poulets vivants tout en perdant des revenus de la vente aux écoles. Le plan qu’ils ont élaboré était d’utiliser les fonds pour investir dans plus de réfrigérateurs, ce qui leur permettrait d’amener les poulets sur le marché à un rythme plus lent. Il s’est avéré qu’ils étaient en mesure de vendre les poulets à un meilleur prix que ce qu’ils avaient été obtenir quand ils les ont vendus en direct.  

Il s’agit d’un plan d’urgence qui exige le genre de connaissances de première main que seul un partenaire local peut fournir. Un investisseur qui cherche à apporter un changement transformateur — plutôt que simplement un capital transactionnel — ne peut pas s’attendre à effectuer de tels changements derrière un bureau dans un centre financier urbain lointain.C’est la prise de décision quotidienne par ceux qui sont sur le terrain qui détermine en fin de compte l’impact et le succès du projet.

La ferme des frères maristes (MBF) de Dedza, au Malawi, a été confrontée à un autre problème lorsque la pandémie a frappé : ils étaient sur le point d’apporter une récolte, mais les travailleurs ne se présentaient pas par crainte du virus. Pour certains, il y avait un stigmate attaché au travail agricole, en raison des rumeurs locales selon lesquelles les bovins, les porcs, les volailles et d’autres animaux de ferme étaient porteurs du coronavirus.Pour faire venir les travailleurs dont ils avaient besoin, le MBF devait éduquer la communauté sur la façon dont la maladie se propage, augmenter les salaires comme incitatif et introduire des quarts de travail doubles.  

Pour faire venir les travailleurs dont ils avaient besoin, le MBF devait éduquer la communauté sur la façon dont la maladie se propage, augmenter les salaires comme incitatif et introduire des quarts de travail doubles.

Nous reconnaissons chez Missio Invest que nous ne pouvons pas nous permettre d’annuler nos investissements en cas de perturbations locales ou de crise sanitaire mondiale. Pas plus qu’une stratégie qui fonctionne dans un endroit ne fonctionne pas nécessairement partout ailleurs. Nous devons donc compter sur nos partenaires locaux pour aider à déterminer comment résoudre les problèmes de front.En même temps, il est essentiel de travailler de cette façon avec des partenaires locaux pour maximiser l’impact et apporter des changements transformateurs. À notre avis, lorsque nous combinons notre capital et notre formation technique avec la connaissance des investisseurs sur les besoins les plus nécessaires de leurs collectivités, nos investisseurs acquièrent les compétences et les ressources dont ils ont besoin pour être résilients à long terme.    

Rev. Andrew Small, OMI FOUNDER AND CEO (NEW YORK, USA)
TwitterLinkedInFacebook

Missio Invest dispose actuellement d’un portefeuille de prêts comprenant 28 petites et moyennes entreprises agricoles (PME) appartenant et exploitées par l’Église catholique dans 5 pays (Nigéria, Ouganda, Kenya, Malawi et Zambie). Au fur et à mesure que l’épidémie de COVID-19 s’est propagée progressivement en Afrique en mars 2020, il est devenu évident qu’une approche proactive et rapide visant à réduire l’impact du COVID-19 sur les activités commerciales essentielles et les services sociaux connexes (écoles, établissements de santé, centres de soins pour personnes âgées, etc.) des bénéficiaires de prêts existants était essentielle pour soutenir. Nous avons donc effectué des évaluations rapides auprès des bénéficiaires de prêts et des homologues de l’Église catholique dans chaque pays et avons rapidement mis en œuvre les actions suivantes dans l’intention de fournir une bouée de sauvetage rapide à ces entreprises locales.

1. Notre réponse immédiateM
oratorium sur les paiements de prêt À partir du 1er avril, chaque bénéficiaire de prêt a eu accès à une option de moratoire sur tous les paiements de capital et d’intérêts jusqu’en janvier 2021.

2. Injection rapide de subventions d’urgence COVID-19 aux PMEV
ia son parrain de fonds, Missio.org, et à la communauté catholique en général, Missio Invest a levé un petit Fonds d’intervention d’urgence COVIDE-19. Chaque bénéficiaire de prêt a accès à un montant pouvant aller jusqu’à 15 000 $ pour une subvention de soutien aux entreprises et aux services sociaux afin d’aider chaque PME à maintenir les opérations essentielles (maintien en poste, récolte, mise à niveau de l’entreposage des aliments, etc.) et de fournir un soutien sanitaire et nutritionnel dans les collectivités voisines (équipement de protection, stations de lavage, nourriture pour les groupes à risque, mises à niveau des cliniques de santé, etc.) alors que nous faisons face à cette pandémie ensemble.

3. Continuer à faire des investissement
s Au lieu de reporter notre cycle d’investissement pour attendre et voir ce qui va se passer avec COVID-19 en Afrique, nous pensons que ce sont précisément les moments dans lesquels nous devons continuer à soutenir l’activité commerciale locale et faire des investissements à long terme. L’évaluation des investissements se poursuit et nous prévoyons d’effectuer au moins 8 à 10 autres investissements avant la fin du deuxième trimestre, tout en ajoutant des investissements dans deux nouveaux pays, la Tanzanie et le Ghana.

Tirer parti du système de prestation existant de l’Église catholique Ce
que nous avons appris au cours des premières semaines de l’épidémie de COVIDE-19, c’est qu’une réponse rapide est essentielle. Cette période initiale où les blocages gouvernementaux entrent en vigueur et où l’activité du marché diminue, c’est lorsque les PME africaines ont un écart important en matière de ressources et doivent prendre des décisions sur le maintien de l’activité commerciale qui soutient les moyens de subsistance et soutient l’activité économique locale. C’est là que le réseau de l’Église catholique est fort et a fourni un système de livraison idéal compte tenu de sa présence inégalée dans ses 550 diocèses en Afrique. Les comptes bancaires sont déjà accessibles et le soutien vital aux entreprises essentielles et leurs services sociaux connexes peuvent être exécutés en quelques jours ouvrables seulement dans de nombreux cas.

Finance pour une meilleure monde

Ce champ est requis

Ce champ est requis

Veuillez fournir un email valide

Message de réussite