Retourner à tous les articles

février 12, 2021 Agriculture, Uncategorized

La recette de la résilience en temps de crise mondiale

Joelle Birge VICE PRESIDENT, LENDING (NEW YORK, USA)
TwitterLinkedInFacebook

Alors que la crise COVIDE a touché toutes les entreprises, l’impact élevé des « nuntrepreneurs » dans le portefeuille de Missio Invest semble avoir trouvé une fenêtre d’espoir. Le Fonds d’impact social Missio Invest (MISIF) compte actuellement 36 entreprises agroalimentaires dans le portefeuille, dont 13 appartiennent à Sisters, et aucune de ces petites entreprises n’a envisagé d’implanter des opérations. Pour beaucoup, en fait, les affaires sont en plein essor. La moitié de tous les emprunteurs actuels ont connu des perturbations minimes et ont choisi de maintenir leur calendrier de remboursement initial des prêts. Parmi les nontrepreneurs, moins d’un tiers ont pris l’offre de Missio Invest pour un moratoire de paiement COVID-19, et un quart ont même fait des paiements anticipés sur leurs prêts.

Missio Invest a constaté que ce moyen de donner et de prendre cette approche à long terme avec les intervenants communautaires est essentiel à la résilience des entreprises gérées par l’Église. Les personnes investies gèrent divers programmes sociaux dans leur localité — les soins de santé, l’éducation, le counseling des femmes et le développement des jeunes, par exemple — et font ainsi partie intégrante des collectivités qu’elles desservent. Bien que chaque cas soit unique, cinq caractéristiques particulières aident à isoler les investisseurs contre les événements indésirables imprévus :

Partout dans le monde, COVIDE-19 a fait des ravages sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, perturbé l’accès aux marchés et gravement menacé – ou fermé – de nombreuses petites entreprises. Les effets ont été particulièrement dévastateurs dans les marchés émergents, où l’aide gouvernementale est moins facilement disponible et où les fermetures à l’échelle nationale sont plus restrictives en raison des systèmes de santé fragiles. En mai, dans le cadre d’une enquête menée auprès des petites entreprises en croissance des marchés émergents, l’Aspen Network of Development Entrepreneurs (ANDE) a constaté que 47 % des entreprises interrogées avaient déjà temporairement fermé leurs activités et que 25 % prévoyaient le faire. Les entreprises appartenant à des femmes ont été parmi les plus durement touchées.

Missio Invest Président, P. Andrew Small, OMI et le directeur général Keith Polo en visite à la ferme St. Louis Bautain, Ewulu, Nigeria en août 2019
Copyright, Missio Invest

L’une de ces réussites appartenant à des femmes est la ferme Sisters of Saint Louis Bautain (SSLBF) à Ewulu, Dans l’État du Delta, au Nigeria. Missio Invest a accordé aux Sœurs de Saint-Louis un prêt de 70 000 $ en décembre 2019 pour financer l’expansion de leurs entreprises existantes de transformation de la volaille, du porc et du manioc. Dans les mois qui ont suivi, les Sœurs ont prouvé leur capacité à surmonter une crise mondiale.

Fin mars 2020, le gouvernement nigérian a imposé des mesures de verrouillage COVIDE-19 restreignant la circulation interétatique des marchandises et limitant l’importation de denrées alimentaires. Ces règlements ont perturbé les chaînes d’approvisionnement des aliments comme le poisson, qui ne pouvaient plus être transportés des ports maritimes vers les États intérieurs. Pour aggraver la situation, l’État du Delta a été l’un des nombreux gouvernements des États qui ont imposé des restrictions sur les activités de pêche locales et réduit les heures pour les marchés locaux. Il en a résulté une baisse de l’offre, de sorte que le poisson, un aliment de base pour de nombreux Nigérians, est devenu prohibitif pour la grande population à faible revenu.

Sœur Catherine Adelegan, directrice de la ferme Louis Bautain, a eu une idée pour une solution. La ferme Louis-Bautain est une entreprise agroalimentaire multi-entreprises qui exploite une unité avicole de plus de 1 000 poulets, une plantation et une unité de transformation du manioc de cinq acres et une porcherie avec plus de 500 porcs.Après avoir fourni un approvisionnement suffisant de farine de porc et de poulet localement avant la pandémie, Sœur Catherine a abattu et vendu ses porcs plus tôt que prévu, sauvant ainsi les membres les plus vulnérables de sa communauté de la faim. Le résultat a été gagnant-gagnant: les membres de la communauté avaient accès à des protéines abordables, Louis Bautain Farm avait un revenu pour soutenir les cinq établissements de santé de la congrégation, et Sœur Catherine avait assez de revenus excédentaires pour payer des intérêts sur son prêt Missio Invest plus tôt que prévu. Anticipant sagement le potentiel de fluctuations futures des devises, elle a même choisi de payer plus que le montant dû, ce qui a entraîné un paiement anticipé du capital.

Les Sœurs ont développé des liens étroits avec la communauté environnante. Récemment, lorsqu’ils ont visité l’Obi (souverain) local de la terre d’Ewulu et son Conseil pour leur dire qu’ils avaient des aliments de base à distribuer aux plus démunis, l’Obi a exprimé sa gratitude pour la longue histoire des Sœurs d’aider son peuple et a juré qu’il continuerait à les soutenir et à assurer leur sécurité.

Sœur Catherine SSL prévoit moderniser les machines agricoles.
Droit d’auteur, Missio Invest
  • L’intégration avec les communautés locales, qui servent de base de clients et de sources de main-d’œuvre dans n’importe quel cycle économique.
  • Présence de marchés résilients pour les produits par le biais du réseau mondial d’écoles, d’établissements de santé et d’autres institutions sociales gérés par l’Église.
  • Diversification dans plusieurs entreprises génératrices de revenus, ce qui crée un coussin en cas de perturbation du marché dans un secteur unique.
  • Des solutions hyper-locales, qui garantissent que les emprunteurs de Missio Invest ne dépendent pas des marchés d’exportation et des chaînes d’approvisionnement.
  • Expérience dans la gestion des opérations commerciales avec des ressources limitées en temps de crise. De nombreuses congrégations ont été formées dans des zones rurales pauvres dans le but explicite de trouver des moyens de fournir des services de santé et d’éducation là où il n’y en avait pas, et elles ont conservé leur expertise dans leurs conditions difficiles.

Ces facteurs ont permis à bon nombre des entreprises agroalimentaires du portefeuille de Missio Invest de résister à la tempête COVID-1 9. Des personnes investies comme Sœur Catherine et sa ferme au Nigeria fournissent la preuve vivante que, même en temps de crise, il est possible de faire beaucoup de bien avec très peu.

Retourner en haut

Finance pour une meilleure monde

Ce champ est requis

Ce champ est requis

Veuillez fournir un email valide

Message de réussite