Pour comprendre le pape François, on pourrait bien commencer par sa devise papale, Miserando atque eligendo (« voir la miséricorde et le choix), qui est emprunté à un commentaire sur les Évangiles, en particulier, l’histoire de Jésus appelant Matthieu, le collecteur d’impôts, pour être son disciple.

Fr. Un petit accueil du pape François en 2015

Matthew était un professionnel de la finance de son temps. Alors qu’il était juif, il a travaillé dans le milieu de l’Empire romain conquérant à la collecte des impôts du peuple. Matthew aurait pu se convaincre qu’il effectuait un précieux service financier pour sa communauté. Mais Jésus lui-même n’hésite pas à appeler Matthieu un « pécheur ». L’ordre de Jésus à Matthieu de le « suivre » était scandaleux précisément parce que les percepteurs d’impôts avaient une réputation terrible et étaient connus pour tromper leurs co-religionnistes de leur argent.

Deux mille ans plus tard, la profession financière n’est pas tenue en plus grande estime, et non sans raison. L’éthique a été soulignée par les organismes de réglementation, les groupes commerciaux et les organisations professionnelles au fil des ans, mais cela n’a pas encore complètement désabusé les investisseurs de l’idée que les professionnels de la finance font un argent gratuit à leurs frais. De plus en plus conscients que leur conseiller financier de confiance était d’abord et avant tout un vendeur, les investisseurs de détail ont commencé à faire pression pour des arrangements forfaitaires, et la règle fiduciaire semble prête à prendre de l’expansion dans un proche avenir.

Il ya une poussée saine maintenant pour construire un partenariat entre l’investisseur et le conseiller, et de faire ce qui est juste dans le monde de la finance pour aider à construire la confiance entre les parties. Ce n’est pas un hasard si l’on pousse à faire ce qui est juste dans les investissements eux-mêmes. L’investissement responsable, largement considéré, est un effort pour étendre les principes éthiques à la décision même de ce que les investissements à poursuivre. L’investissement responsable peut prendre n’importe quel nombre de formes, des écrans négatifs à l’investissement d’impact, mais l’objectif est le même : la cohérence entre ses croyances et son portefeuille, et par conséquent pour établir une relation de confiance entre l’investisseur et la société dans son ensemble.

Pourtant, aujourd’hui, la déconnexion entre les marchés et l’économie réelle ne pouvait pas être plus prononcée. Depuis 2009, les marchés ont connu leur plus longue course à la hausse de l’histoire, mais les avantages n’ont pas été partagés à parts égales. Par de nombreuses mesures d’inégalité, la société a régressé. Les faibles taux d’intérêt, bien qu’ils puissent profiter au riche preneur de risques, ne profitent qu’indirectement à l’employé à salaire horaire qui a à peine assez d’argent pour payer la nourriture, le loyer et la garde d’enfants. Avec très peu d’actifs à afficher en garantie et avec des profils de crédit risqués, les pauvres auraient la chance d’avoir accès à des prêts bon marché ou des lignes de crédit. Pendant ce temps, ils gagnent peu d’intérêt sur l’argent qu’ils ne parviennent à économiser.

Aujourd’hui encore, malgré 40 millions de personnes sans emploi en raison de la pandémie de COVIDE-19, le S&P 500 s’est rapidement rallié à ses plus bas niveaux de pandémie. Alors que l’on pourrait facilement soutenir que le marché boursier n’est certainement pas l’économie entière, une perspective éclairée par la foi chrétienne trouverait cet écart râper sur la conscience. Comment se fait-il que ceux qui ont des actifs continuent d’en bénéficier alors que des dizaines de millions de personnes sont plus que jamais en difficulté?

L’investissement est rarement associé à la justice ou à la miséricorde, et c’est là que réside le problème. Si chaque activité économique est morale, aucun investissement n’est neutre en valeur. Le pape Benoît XVI a résumé ainsi l’enseignement du pape Jean-Paul II sur le sujet : « L’investissement a toujours une signification morale et économique. » Le pape François l’a dit ainsi : « Chaque décision économique significative prise dans une partie du monde a des répercussions partout ailleurs. » La difficulté d’évaluer ces impacts n’excuse pas l’investissement contraire à l’éthique, mais souligne seulement la nécessité d’une grande honnêteté et transparence de la part des entreprises et, à titre d’exemple, du travail précieux que de nombreuses agences de notation ESG accomplissent actuellement.

François explique qu’il est possible d’orienter notre sophistication moderne et notre technologie vers un programme d’investissement qui est intrinsèquement miséricordieux. Comme Jésus dans l’Évangile, les professionnels de la finance doivent aussi « choisir et faire preuve de miséricorde ». Des milliards de personnes dépendent d’une économie saine, d’un système financier qui fonctionne bien et d’une société inclusive, c’est-à-dire d’une société qui favorise le développement humain. Tout le monde en profite lorsque notre système financier, de haut en bas, reflète une approche miséricordieuse et centrée sur la personne. En fin de compte, il faut un effort concerté de la part de tous les participants de l’industrie pour construire un tel système, dans le cadre d’un partenariat entre les professionnels de la finance et les intervenants.

Mulenga Bwalya COUNTRY INVESTMENT MANAGER, MALAWI AND ZAMBIA (LUSAKA, ZAMBIA)
TwitterLinkedInFacebook

Les projets de développement exigent généralement que l’investisseur établisse les modalités, en fonction de l’expérience et des leçons tirées d’initiatives similaires dans le passé. L’expérience et les meilleures pratiques mondiales sont nécessaires, bien sûr, pour déterminer le type de financement, la durée de votre engagement, la stratégie de gestion des risques et le plan de sortie.

Inévitablement, cependant, un défi se pose qui est de nature très locale. Lorsque cela se produit, les chefs de projet locaux sont susceptibles d’être les plus informés sur ce qu’il faut faire. Cela pourrait être un défi dû aux perturbations météorologiques, aux influences culturelles locales — ou, comme cela s’est produit plus récemment, à une pandémie qui, bien qu’mondiale, a eu des répercussions uniques dans tous les coins du monde.

Lorsqu’il y a un défi à relever, le comité de l’agriculture du SCJ se réunit pour décider de la réponse.

Missio Invest a offert des subventions spéciales à tous ses investisseurs pour aider dans la crise COVIDE, mais les investisseurs ont décidé de mettre les fonds à profit. Le comité des fermes scj a discuté de la façon dont ils pourraient atténuer les pertes auxquelles ils ont dû faire face d’avoir à continuer à nourrir leurs poulets vivants tout en perdant des revenus de la vente aux écoles. Le plan qu’ils ont élaboré était d’utiliser les fonds pour investir dans plus de réfrigérateurs, ce qui leur permettrait d’amener les poulets sur le marché à un rythme plus lent. Il s’est avéré qu’ils étaient en mesure de vendre les poulets à un meilleur prix que ce qu’ils avaient été obtenir quand ils les ont vendus en direct.  

Il s’agit d’un plan d’urgence qui exige le genre de connaissances de première main que seul un partenaire local peut fournir. Un investisseur qui cherche à apporter un changement transformateur — plutôt que simplement un capital transactionnel — ne peut pas s’attendre à effectuer de tels changements derrière un bureau dans un centre financier urbain lointain.C’est la prise de décision quotidienne par ceux qui sont sur le terrain qui détermine en fin de compte l’impact et le succès du projet.

La ferme des frères maristes (MBF) de Dedza, au Malawi, a été confrontée à un autre problème lorsque la pandémie a frappé : ils étaient sur le point d’apporter une récolte, mais les travailleurs ne se présentaient pas par crainte du virus. Pour certains, il y avait un stigmate attaché au travail agricole, en raison des rumeurs locales selon lesquelles les bovins, les porcs, les volailles et d’autres animaux de ferme étaient porteurs du coronavirus.Pour faire venir les travailleurs dont ils avaient besoin, le MBF devait éduquer la communauté sur la façon dont la maladie se propage, augmenter les salaires comme incitatif et introduire des quarts de travail doubles.  

Pour faire venir les travailleurs dont ils avaient besoin, le MBF devait éduquer la communauté sur la façon dont la maladie se propage, augmenter les salaires comme incitatif et introduire des quarts de travail doubles.

Nous reconnaissons chez Missio Invest que nous ne pouvons pas nous permettre d’annuler nos investissements en cas de perturbations locales ou de crise sanitaire mondiale. Pas plus qu’une stratégie qui fonctionne dans un endroit ne fonctionne pas nécessairement partout ailleurs. Nous devons donc compter sur nos partenaires locaux pour aider à déterminer comment résoudre les problèmes de front.En même temps, il est essentiel de travailler de cette façon avec des partenaires locaux pour maximiser l’impact et apporter des changements transformateurs. À notre avis, lorsque nous combinons notre capital et notre formation technique avec la connaissance des investisseurs sur les besoins les plus nécessaires de leurs collectivités, nos investisseurs acquièrent les compétences et les ressources dont ils ont besoin pour être résilients à long terme.    

Joelle Birge VICE PRESIDENT, LENDING (NEW YORK, USA)
TwitterLinkedInFacebook

Alors que la crise COVIDE a touché toutes les entreprises, l’impact élevé des « nuntrepreneurs » dans le portefeuille de Missio Invest semble avoir trouvé une fenêtre d’espoir. Le Fonds d’impact social Missio Invest (MISIF) compte actuellement 36 entreprises agroalimentaires dans le portefeuille, dont 13 appartiennent à Sisters, et aucune de ces petites entreprises n’a envisagé d’implanter des opérations. Pour beaucoup, en fait, les affaires sont en plein essor. La moitié de tous les emprunteurs actuels ont connu des perturbations minimes et ont choisi de maintenir leur calendrier de remboursement initial des prêts. Parmi les nontrepreneurs, moins d’un tiers ont pris l’offre de Missio Invest pour un moratoire de paiement COVID-19, et un quart ont même fait des paiements anticipés sur leurs prêts.

Missio Invest a constaté que ce moyen de donner et de prendre cette approche à long terme avec les intervenants communautaires est essentiel à la résilience des entreprises gérées par l’Église. Les personnes investies gèrent divers programmes sociaux dans leur localité — les soins de santé, l’éducation, le counseling des femmes et le développement des jeunes, par exemple — et font ainsi partie intégrante des collectivités qu’elles desservent. Bien que chaque cas soit unique, cinq caractéristiques particulières aident à isoler les investisseurs contre les événements indésirables imprévus :

Partout dans le monde, COVIDE-19 a fait des ravages sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, perturbé l’accès aux marchés et gravement menacé – ou fermé – de nombreuses petites entreprises. Les effets ont été particulièrement dévastateurs dans les marchés émergents, où l’aide gouvernementale est moins facilement disponible et où les fermetures à l’échelle nationale sont plus restrictives en raison des systèmes de santé fragiles. En mai, dans le cadre d’une enquête menée auprès des petites entreprises en croissance des marchés émergents, l’Aspen Network of Development Entrepreneurs (ANDE) a constaté que 47 % des entreprises interrogées avaient déjà temporairement fermé leurs activités et que 25 % prévoyaient le faire. Les entreprises appartenant à des femmes ont été parmi les plus durement touchées.

Missio Invest Président, P. Andrew Small, OMI et le directeur général Keith Polo en visite à la ferme St. Louis Bautain, Ewulu, Nigeria en août 2019
Copyright, Missio Invest

L’une de ces réussites appartenant à des femmes est la ferme Sisters of Saint Louis Bautain (SSLBF) à Ewulu, Dans l’État du Delta, au Nigeria. Missio Invest a accordé aux Sœurs de Saint-Louis un prêt de 70 000 $ en décembre 2019 pour financer l’expansion de leurs entreprises existantes de transformation de la volaille, du porc et du manioc. Dans les mois qui ont suivi, les Sœurs ont prouvé leur capacité à surmonter une crise mondiale.

Fin mars 2020, le gouvernement nigérian a imposé des mesures de verrouillage COVIDE-19 restreignant la circulation interétatique des marchandises et limitant l’importation de denrées alimentaires. Ces règlements ont perturbé les chaînes d’approvisionnement des aliments comme le poisson, qui ne pouvaient plus être transportés des ports maritimes vers les États intérieurs. Pour aggraver la situation, l’État du Delta a été l’un des nombreux gouvernements des États qui ont imposé des restrictions sur les activités de pêche locales et réduit les heures pour les marchés locaux. Il en a résulté une baisse de l’offre, de sorte que le poisson, un aliment de base pour de nombreux Nigérians, est devenu prohibitif pour la grande population à faible revenu.

Sœur Catherine Adelegan, directrice de la ferme Louis Bautain, a eu une idée pour une solution. La ferme Louis-Bautain est une entreprise agroalimentaire multi-entreprises qui exploite une unité avicole de plus de 1 000 poulets, une plantation et une unité de transformation du manioc de cinq acres et une porcherie avec plus de 500 porcs.Après avoir fourni un approvisionnement suffisant de farine de porc et de poulet localement avant la pandémie, Sœur Catherine a abattu et vendu ses porcs plus tôt que prévu, sauvant ainsi les membres les plus vulnérables de sa communauté de la faim. Le résultat a été gagnant-gagnant: les membres de la communauté avaient accès à des protéines abordables, Louis Bautain Farm avait un revenu pour soutenir les cinq établissements de santé de la congrégation, et Sœur Catherine avait assez de revenus excédentaires pour payer des intérêts sur son prêt Missio Invest plus tôt que prévu. Anticipant sagement le potentiel de fluctuations futures des devises, elle a même choisi de payer plus que le montant dû, ce qui a entraîné un paiement anticipé du capital.

Les Sœurs ont développé des liens étroits avec la communauté environnante. Récemment, lorsqu’ils ont visité l’Obi (souverain) local de la terre d’Ewulu et son Conseil pour leur dire qu’ils avaient des aliments de base à distribuer aux plus démunis, l’Obi a exprimé sa gratitude pour la longue histoire des Sœurs d’aider son peuple et a juré qu’il continuerait à les soutenir et à assurer leur sécurité.

Sœur Catherine SSL prévoit moderniser les machines agricoles.
Droit d’auteur, Missio Invest

Ces facteurs ont permis à bon nombre des entreprises agroalimentaires du portefeuille de Missio Invest de résister à la tempête COVID-1 9. Des personnes investies comme Sœur Catherine et sa ferme au Nigeria fournissent la preuve vivante que, même en temps de crise, il est possible de faire beaucoup de bien avec très peu.

Albertina Muema COUNTRY INVESTMENT MANAGER, KENYA AND UGANDA (NAIROBI, KENYA)
TwitterLinkedInFacebook

En septembre 2004, cinq sœurs catholiques se sont réunies à St. Louis, MO, avec pour mission de créer une exposition démontrant comment les religieuses avaient contribué à façonner l’histoire et la culture des États-Unis.L’exposition qui a résulté, « Women and Spirit: Catholic Sisters in America, » a visité les États-Unis entre 2009 et 2012, avec des arrêts qui comprenait le Smithsonian, Notre Dame et Saint Mary’s College, et le Ellis Island Immigration Museum. Elle témoignait non seulement des nombreux actes d’héroïsme commis par les Sœurs sur une période de près de 300 ans, mais aussi de l’Esprit commun qui a conduit ces femmes à vivre des vies remarquables, souvent en créant des oasis de service pour répondre à un besoin urgent à un moment donné de l’histoire de la nation.

L’exposition était un hommage aux femmes pionnières qui ont aidé à construire les soins de santé, l’éducation et les services sociaux aux États-Unis à une époque où les femmes n’avaient pas le droit de vote. Ils ont recueilli des fonds pour construire des écoles, des hôpitaux, des orphelinats et des collèges avant la plupart des femmes aux États-Unis.  pourrait légalement posséder des biens, négocier des contrats ou acquérir des prêts. Elles sont entrées sur le marché du travail des décennies plus tôt que la plupart des femmes — pendant la guerre civile, par exemple, lorsque plus de 600 sœurs ont servi comme infirmières. Pendant le Mouvement des droits civiques des années 1960, des religieuses se sont jointes à Martin Luther King dans les marches pour le droit de vote à Selma, EN AL.  

Mère Alfred Moses, qui a participé au développement de la clinique Mayo en réponse à une horrible tornade à Rochester, au MN, en 1883, a été remarquable. Katherine Drexel, qui a fondé l’Université Xavier en 1915, alors la seule école catholique pour les Afro-Américains; et Carolyn Farrell, une sœur qui en 1980 est devenue maire de Dubuque, IA.Cependant, ces pionniers ne se trouvent pas seulement dans les livres d’histoire et les expositions.Le même Esprit qui a inspiré Mère Alfred et Katherine Drexel est vivant et bien parmi de nombreuses sœurs religieuses en Afrique aujourd’hui.Au fil des ans, ils ont eux aussi recueilli des fonds pour construire des hôpitaux, des cliniques de santé, des écoles et des foyers pour enfants.  

Sœur Veronica Kiarie, LSSF
January, 2020

Prenons, par exemple, Sœur Veronica Kiarie, une petite sœur de saint François d’Assise connue par ses sœurs sous le nom de « Pouce vert ».  Elle dirige une ferme de taille moyenne dans la ville de Molo, au Kenya, une entreprise qui est née de sa passion pour soutenir les ministères sociaux de la congrégation, ainsi que pour fournir de l’emploi et de l’eau potable à la communauté voisine.   

La congrégation de Sœur Veronica est un institut indigène de droit diocésain. Il a été fondé en mai 1923 en Ouganda par feu Mère Mary Kevin Kearney, missionnaire franciscaine pour l’Afrique, basé sur le charisme de saint François : « Apporter la nouveauté et la plénitude de la vie du Christ dans le monde d’aujourd’hui en tendant la main avec compassion aux marginalisés. » Avec plus de 775 membres déclarés, les Sœurs gèrent des hôpitaux, des écoles, des établissements de santé, des orphelinats et des foyers pour personnes âgées. Leur travail missionnaire s’accroît dans les trois pays d’Afrique de l’Est, le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie, ainsi qu’aux États-Unis.

Sœur Veronica a élaboré un plan d’affaires pour sa ferme de pois après avoir suivi un programme de formation agro-agro-industrielle de six mois, et a contracté un prêt de 100 000 $ de Missio Invest en 2019. La ferme cultive des pois de jardin pour l’exportation, et fait pivoter les cultures de pommes de terre et de chou pour la consommation locale. Une partie des produits agricoles est utilisée pour compléter les régimes alimentaires des résidents de la maison de la congrégation pour les personnes âgées, tandis que les bénéfices de la ferme sont utilisés pour soutenir le fonctionnement des ministères sociaux de la congrégation.La ferme soutient directement une école de 946 élèves, un établissement de santé qui accueille près de 12 000 patients par année et un foyer pour personnes âgées. Sœur Veronica a pour objectif de générer plus de revenus de sa ferme pour soutenir et développer le travail social de la congrégation.

Comme mère Alfred avant elle, Sœur Veronica apporte des solutions novatrices aux problèmes auxquels est confrontée la communauté qu’elle a été appelée à servir. Elle a installé un forage solaire sur sa ferme après avoir observé comment les villageois avaient du mal à accéder à l’eau potable. Elle a également installé un système d’irrigation au goutte-à-goutte de cinq acres pour la production agricole et la conservation de l’eau toute l’année. Elle utilise ses compétences pédagogiques pour former les petits agriculteurs locaux à des pratiques agricoles durables. Pour stimuler la fertilité du sol, elle teste son sol pour déterminer les carences minérales, utilise du fumier organique et a planté 2 700 arbres pour la conservation. La ferme soutient 50 travailleurs.  

Sœur Veronica crée le temps d’encadrer les femmes sur la façon de gérer les défis économiques sociaux, et les hommes sur la façon de surmonter la dépendance à l’alcool qui est commun dans la localité. Elle enseigne également le catéchisme dans une paroisse voisine.  

Au cours des 50 dernières années, le nombre de sœurs dans les congrégations aux États-Unis a clairement diminué. Mais dans chaque cas, une telle réduction n’a pas grand-chose à voir avec la vigueur entrepreneuriale des Sœurs ou de leurs communautés.Les entités de l’Église africaine avec lesquelles nous travaillons sont sur une trajectoire de croissance similaire à celle qui a inspiré les sœurs immigrantes allemandes à Rochester MN pour convaincre le Dr William Mayo et ses fils de commencer un hôpital pour la communauté locale en 1889. L’esprit de ces femmes religieuses est vivant et bien vivant en Afrique.  

La population africaine vient de passer d’un milliard et devrait doubler d’ici 2050. L’insécurité alimentaire augmente rapidement en même temps; l’agriculture est principalement alimentée par les pluies et très vulnérable à la sécheresse, aux inondations, à la chaleur et aux extrêmes froids, et à d’autres conditions qui se développent plus sévèrement avec le changement climatique.

La pratique de l’agriculture climato-intelligente (ASC) intègre une combinaison de politiques, de technologies et de financements visant à atténuer le changement climatique et à accroître la production alimentaire. Missio Invest voit l’intérêt d’investir dans des entreprises agricoles qui appliquent de nouvelles technologies d’économie de ressources naturelles. L’approche est également au cœur de l’approche, la nécessité de réduire les inégalités en matière de répartition des ressources.

Dans le centre-sud de l’Ouganda, la ferme du Séminaire katigondo, qui a reçu un prêt de Missio Invest en 2017, a été à l’avant-garde de l’utilisation de l’ASC pour apporter une production alimentaire durable et des possibilités génératrices de revenus pour soutenir à la fois le séminaire et la communauté environnante en dehors de la ville de Masaka. Chef de projet Fr.Herman a reçu le Prix du meilleur agriculteur de l’Ouganda 2019 dans le cadre du concours vision du groupe pour l’approche de la ferme du séminaire en matière d’agriculture durable.

Le district de Masaka a souffert de la diminution des précipitations et des périodes prolongées de sécheresse ces dernières années, et le soleil de plomb et les températures chaudes ont laissé de nombreuses cultures et l’approvisionnement en eau asséchés. Comme ses pays voisins d’Afrique de l’Est, l’Ouganda a souffert de la pire épidémie de criquets depuis des décennies cette année. Pourtant, comme dans la majeure partie de l’Afrique subsaharienne, l’agriculture est un contributeur majeur à l’économie du pays et sera le principal déterminant des efforts déployés par le pays pour réduire la pauvreté dans les années à venir, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Contre ce scénario difficile, Fr.Herman a dirigé le développement de la ferme du Séminaire de Katigondo, qui a été créée en 1969, en une entreprise diversifiée avec l’agriculture, l’horticulture et l’élevage. Le prêt de Missio Invest a permis à la ferme d’augmenter son utilisation des terres agricoles disponibles d’environ 200 acres à 495 acres, soit 90 % de sa superficie totale, et d’augmenter les rendements de 100 %.

Les stratégies climatiques-intelligentes employées par la ferme du séminaire comprennent un système d’énergie solaire de 36 kilowatts qui fournit l’éclairage au séminaire, à la ferme et aux communautés locales par la vente d’énergie excédentaire dans le réseau. Un réservoir souterrain de capacité de 72 000 litres a également été installé pour récolter l’eau de pluie destinée à la ferme. Un système de tuyauterie recueille le fumier liquide de la porcherie, le mélange avec de l’eau dans un réservoir de capacité de 48 000 litres, puis dirige l’eau à travers les tranchées creusées dans la plantation de bananes de 62 acres. Le réseau de tranchées aide à contrôler l’érosion des sols et le détournement de l’eau, et recueille trois tonnes de excréments de porcs, de bovins et de volailles chaque semaine, qui deviennent des engrais organiques pour les plantations de bananes et de café. La ferme a également planté 20 acres d’arbres, un facteur clé dans la préservation de l’environnement et la réalisation de Fr. Herman prévoit d’avoir une ferme entièrement biodynamique.

Fr.Herman a également eu un oeil sur la façon dont la ferme peut former de futurs dirigeants qui enseigneront les techniques climatiques intelligentes à travers le pays. Bon nombre des 80 à 100 séminaristes qui obtiennent leur diplôme de Katigondo chaque année continuent à gérer les ressources foncières, et la main-d’œuvre de la ferme est passée de 19 travailleurs agricoles à 90 depuis 2017. Tout aussi important, les écoles voisines envoient des élèves à la ferme pour apprendre les techniques de l’ASC.

C’est aussi l’objectif de Missio Invest avec chaque agro-industrie qu’il finance; qu’il formera les étudiants et les voisins qui utiliseront leurs connaissances pour aider à développer d’autres entreprises durables. La technologie est importante dans l’agriculture, mais l’élément le plus critique du succès est le capital humain — les gens qui prennent des décisions judicieuses au quotidien, et les leçons d’apprentissage qui deviennent des éléments constitutifs pour stimuler l’économie locale et lutter contre les pires effets du changement climatique dans la région. Aujourd’hui, les séminaristes et les employés de Katigondo apprennent ce qu’il faut pour rendre la production alimentaire plus résiliente face aux aléas du changement climatique, tout en cultivant d’une manière qui régénère la biodiversité locale et les systèmes naturels.

Finance pour une meilleure monde

Ce champ est requis

Ce champ est requis

Veuillez fournir un email valide

Message de réussite