Joelle Birge VICE PRESIDENT, LENDING (NEW YORK, USA)
TwitterLinkedInFacebook

Alors que la crise COVIDE a touché toutes les entreprises, l’impact élevé des « nuntrepreneurs » dans le portefeuille de Missio Invest semble avoir trouvé une fenêtre d’espoir. Le Fonds d’impact social Missio Invest (MISIF) compte actuellement 36 entreprises agroalimentaires dans le portefeuille, dont 13 appartiennent à Sisters, et aucune de ces petites entreprises n’a envisagé d’implanter des opérations. Pour beaucoup, en fait, les affaires sont en plein essor. La moitié de tous les emprunteurs actuels ont connu des perturbations minimes et ont choisi de maintenir leur calendrier de remboursement initial des prêts. Parmi les nontrepreneurs, moins d’un tiers ont pris l’offre de Missio Invest pour un moratoire de paiement COVID-19, et un quart ont même fait des paiements anticipés sur leurs prêts.

Missio Invest a constaté que ce moyen de donner et de prendre cette approche à long terme avec les intervenants communautaires est essentiel à la résilience des entreprises gérées par l’Église. Les personnes investies gèrent divers programmes sociaux dans leur localité — les soins de santé, l’éducation, le counseling des femmes et le développement des jeunes, par exemple — et font ainsi partie intégrante des collectivités qu’elles desservent. Bien que chaque cas soit unique, cinq caractéristiques particulières aident à isoler les investisseurs contre les événements indésirables imprévus :

Partout dans le monde, COVIDE-19 a fait des ravages sur les chaînes d’approvisionnement mondiales, perturbé l’accès aux marchés et gravement menacé – ou fermé – de nombreuses petites entreprises. Les effets ont été particulièrement dévastateurs dans les marchés émergents, où l’aide gouvernementale est moins facilement disponible et où les fermetures à l’échelle nationale sont plus restrictives en raison des systèmes de santé fragiles. En mai, dans le cadre d’une enquête menée auprès des petites entreprises en croissance des marchés émergents, l’Aspen Network of Development Entrepreneurs (ANDE) a constaté que 47 % des entreprises interrogées avaient déjà temporairement fermé leurs activités et que 25 % prévoyaient le faire. Les entreprises appartenant à des femmes ont été parmi les plus durement touchées.

Missio Invest Président, P. Andrew Small, OMI et le directeur général Keith Polo en visite à la ferme St. Louis Bautain, Ewulu, Nigeria en août 2019
Copyright, Missio Invest

L’une de ces réussites appartenant à des femmes est la ferme Sisters of Saint Louis Bautain (SSLBF) à Ewulu, Dans l’État du Delta, au Nigeria. Missio Invest a accordé aux Sœurs de Saint-Louis un prêt de 70 000 $ en décembre 2019 pour financer l’expansion de leurs entreprises existantes de transformation de la volaille, du porc et du manioc. Dans les mois qui ont suivi, les Sœurs ont prouvé leur capacité à surmonter une crise mondiale.

Fin mars 2020, le gouvernement nigérian a imposé des mesures de verrouillage COVIDE-19 restreignant la circulation interétatique des marchandises et limitant l’importation de denrées alimentaires. Ces règlements ont perturbé les chaînes d’approvisionnement des aliments comme le poisson, qui ne pouvaient plus être transportés des ports maritimes vers les États intérieurs. Pour aggraver la situation, l’État du Delta a été l’un des nombreux gouvernements des États qui ont imposé des restrictions sur les activités de pêche locales et réduit les heures pour les marchés locaux. Il en a résulté une baisse de l’offre, de sorte que le poisson, un aliment de base pour de nombreux Nigérians, est devenu prohibitif pour la grande population à faible revenu.

Sœur Catherine Adelegan, directrice de la ferme Louis Bautain, a eu une idée pour une solution. La ferme Louis-Bautain est une entreprise agroalimentaire multi-entreprises qui exploite une unité avicole de plus de 1 000 poulets, une plantation et une unité de transformation du manioc de cinq acres et une porcherie avec plus de 500 porcs.Après avoir fourni un approvisionnement suffisant de farine de porc et de poulet localement avant la pandémie, Sœur Catherine a abattu et vendu ses porcs plus tôt que prévu, sauvant ainsi les membres les plus vulnérables de sa communauté de la faim. Le résultat a été gagnant-gagnant: les membres de la communauté avaient accès à des protéines abordables, Louis Bautain Farm avait un revenu pour soutenir les cinq établissements de santé de la congrégation, et Sœur Catherine avait assez de revenus excédentaires pour payer des intérêts sur son prêt Missio Invest plus tôt que prévu. Anticipant sagement le potentiel de fluctuations futures des devises, elle a même choisi de payer plus que le montant dû, ce qui a entraîné un paiement anticipé du capital.

Les Sœurs ont développé des liens étroits avec la communauté environnante. Récemment, lorsqu’ils ont visité l’Obi (souverain) local de la terre d’Ewulu et son Conseil pour leur dire qu’ils avaient des aliments de base à distribuer aux plus démunis, l’Obi a exprimé sa gratitude pour la longue histoire des Sœurs d’aider son peuple et a juré qu’il continuerait à les soutenir et à assurer leur sécurité.

Sœur Catherine SSL prévoit moderniser les machines agricoles.
Droit d’auteur, Missio Invest

Ces facteurs ont permis à bon nombre des entreprises agroalimentaires du portefeuille de Missio Invest de résister à la tempête COVID-1 9. Des personnes investies comme Sœur Catherine et sa ferme au Nigeria fournissent la preuve vivante que, même en temps de crise, il est possible de faire beaucoup de bien avec très peu.

La population africaine vient de passer d’un milliard et devrait doubler d’ici 2050. L’insécurité alimentaire augmente rapidement en même temps; l’agriculture est principalement alimentée par les pluies et très vulnérable à la sécheresse, aux inondations, à la chaleur et aux extrêmes froids, et à d’autres conditions qui se développent plus sévèrement avec le changement climatique.

La pratique de l’agriculture climato-intelligente (ASC) intègre une combinaison de politiques, de technologies et de financements visant à atténuer le changement climatique et à accroître la production alimentaire. Missio Invest voit l’intérêt d’investir dans des entreprises agricoles qui appliquent de nouvelles technologies d’économie de ressources naturelles. L’approche est également au cœur de l’approche, la nécessité de réduire les inégalités en matière de répartition des ressources.

Dans le centre-sud de l’Ouganda, la ferme du Séminaire katigondo, qui a reçu un prêt de Missio Invest en 2017, a été à l’avant-garde de l’utilisation de l’ASC pour apporter une production alimentaire durable et des possibilités génératrices de revenus pour soutenir à la fois le séminaire et la communauté environnante en dehors de la ville de Masaka. Chef de projet Fr.Herman a reçu le Prix du meilleur agriculteur de l’Ouganda 2019 dans le cadre du concours vision du groupe pour l’approche de la ferme du séminaire en matière d’agriculture durable.

Le district de Masaka a souffert de la diminution des précipitations et des périodes prolongées de sécheresse ces dernières années, et le soleil de plomb et les températures chaudes ont laissé de nombreuses cultures et l’approvisionnement en eau asséchés. Comme ses pays voisins d’Afrique de l’Est, l’Ouganda a souffert de la pire épidémie de criquets depuis des décennies cette année. Pourtant, comme dans la majeure partie de l’Afrique subsaharienne, l’agriculture est un contributeur majeur à l’économie du pays et sera le principal déterminant des efforts déployés par le pays pour réduire la pauvreté dans les années à venir, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Contre ce scénario difficile, Fr.Herman a dirigé le développement de la ferme du Séminaire de Katigondo, qui a été créée en 1969, en une entreprise diversifiée avec l’agriculture, l’horticulture et l’élevage. Le prêt de Missio Invest a permis à la ferme d’augmenter son utilisation des terres agricoles disponibles d’environ 200 acres à 495 acres, soit 90 % de sa superficie totale, et d’augmenter les rendements de 100 %.

Les stratégies climatiques-intelligentes employées par la ferme du séminaire comprennent un système d’énergie solaire de 36 kilowatts qui fournit l’éclairage au séminaire, à la ferme et aux communautés locales par la vente d’énergie excédentaire dans le réseau. Un réservoir souterrain de capacité de 72 000 litres a également été installé pour récolter l’eau de pluie destinée à la ferme. Un système de tuyauterie recueille le fumier liquide de la porcherie, le mélange avec de l’eau dans un réservoir de capacité de 48 000 litres, puis dirige l’eau à travers les tranchées creusées dans la plantation de bananes de 62 acres. Le réseau de tranchées aide à contrôler l’érosion des sols et le détournement de l’eau, et recueille trois tonnes de excréments de porcs, de bovins et de volailles chaque semaine, qui deviennent des engrais organiques pour les plantations de bananes et de café. La ferme a également planté 20 acres d’arbres, un facteur clé dans la préservation de l’environnement et la réalisation de Fr. Herman prévoit d’avoir une ferme entièrement biodynamique.

Fr.Herman a également eu un oeil sur la façon dont la ferme peut former de futurs dirigeants qui enseigneront les techniques climatiques intelligentes à travers le pays. Bon nombre des 80 à 100 séminaristes qui obtiennent leur diplôme de Katigondo chaque année continuent à gérer les ressources foncières, et la main-d’œuvre de la ferme est passée de 19 travailleurs agricoles à 90 depuis 2017. Tout aussi important, les écoles voisines envoient des élèves à la ferme pour apprendre les techniques de l’ASC.

C’est aussi l’objectif de Missio Invest avec chaque agro-industrie qu’il finance; qu’il formera les étudiants et les voisins qui utiliseront leurs connaissances pour aider à développer d’autres entreprises durables. La technologie est importante dans l’agriculture, mais l’élément le plus critique du succès est le capital humain — les gens qui prennent des décisions judicieuses au quotidien, et les leçons d’apprentissage qui deviennent des éléments constitutifs pour stimuler l’économie locale et lutter contre les pires effets du changement climatique dans la région. Aujourd’hui, les séminaristes et les employés de Katigondo apprennent ce qu’il faut pour rendre la production alimentaire plus résiliente face aux aléas du changement climatique, tout en cultivant d’une manière qui régénère la biodiversité locale et les systèmes naturels.

Le changement climatique a des effets positifs et négatifs sur l’agriculture en ce sens qu’il peut augmenter les rendements des cultures dans certains endroits tout en décimant d’autres, mais les effets négatifs ont surpassé les impacts positifs à ce jour. Déjà, le Groupe de recherche du CGIAR sur les changements climatiques, l’agriculture et la sécurité alimentaire estime que les changements climatiques ont réduit les rendements mondiaux du blé de 5,5 % et du maïs de 3,8 %. D’ici 2090, le CCAFS prévoit que le changement climatique se traduira par une perte de 8 % à 24 % de la production calorique mondiale totale du maïs, du soja, du blé, du riz. Lorsque ces baisses de productivité se produisent variera. Par exemple, l’Afrique subsaharienne sera particulièrement touchée; on estime que dans toute l’Afrique, les rendements du maïs diminueront de 5 % et les rendements du blé de 17 % avant 2050.

Toutefois, les systèmes agricoles commerciaux modernes ne sont pas sans faute, car l’agriculture est un facteur majeur du changement climatique, générant actuellement de 19 à 20 % des émissions totales de gaz à effet de serre (GES), selon le CCAFS. En vue de l’intégration du développement agricole, de la réactivité au climat et de l’entretien général de notre foyer commun, les fermes catholiques gérées par l’Église en Afrique déploient les principes de l’agriculture intelligente pour le climat (ASC) définis par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. L’ASC offre une approche intégrée de la gestion des paysages naturels visant à maintenir et à accroître durablement la productivité alimentaire, à adapter l’agriculture au changement climatique et à réduire les émissions. Missio Invest promeut l’utilisation durable des ressources foncières et investit dans des fermes appartenant à l’Église et gérées qui appliquent des pratiques agricoles intelligentes pour le climat et agissent comme des sites de démonstration pour diffuser de telles technologies.

Le Séminaire senior St. Matthias Mulumba, un theologate national de l’ouest du Kenya avec 30 acres de terres arables, a obtenu un prêt de 38 000 $ de Missio Invest en 2015 pour améliorer ses activités agricoles. Actuellement, le séminaire pratique l’agriculture intégrée avec 15 acres de maïs, huit acres de thé, et sept acres d’arbres et de prairies, ainsi qu’une unité laitière et porcine. La ferme recycle les déchets animaux pour améliorer la fertilité du sol, les pâturages et les prairies produisant des aliments essentiels pour le bétail. La productivité du maïs a doublé, passant de 10 sacs à 20 sacs par acre grâce à l’amélioration de la fertilisation et du cycle des nutriments.

Les déchets de bétail sont également mis au travail pour produire du biogaz, qui est utilisé comme un substitut pour le bois de chauffage dans la cuisine au séminaire. Le biogaz prend un méthane problématique présent dans la décomposition des déchets et le convertit en dioxyde de carbone, un gaz beaucoup plus sûr. Le méthane a environ 20 à 30 fois les capacités de piégeage de la chaleur du dioxyde de carbone.Les boues biologiques riches en nutriments du digesteur de biogaz sont utilisées pour fertiliser et irriguer l’herbe Napier, une herbe tropicale vivace avec de faibles besoins en eau et en nutriments. L’herbe napier nourrit les vaches laitières et est utilisée pour contrôler l’érosion du sol. Il est également précieux dans la lutte antiparasitaire, car il attire des insectes comme les papillons de nuit du maïs, réduisant ainsi le besoin d’insecticides. La production laitière à St. Matthias Mulumba est passée de 40 litres à 100 litres par jour. Le séminaire a également installé un système solaire de chauffage de l’eau et planté sept acres d’arbres.

Un autre exemple est une ferme de pois de jardin exploitée par les Petites Sœurs de Saint François, également au Kenya. Les sœurs ont obtenu un prêt de 100 000 $ de Missio Invest en 2018 et ont installé un système d’irrigation au goutte-à-goutte à énergie solaire de cinq acres. Le système a aidé la ferme à utiliser et à conserver plus efficacement l’eau. Parce qu’il limite la croissance des mauvaises herbes, il a permis de réduire l’utilisation d’herbicides, qui peuvent être toxiques pour les organismes vivant dans le sol et transporter des polluants vers les rivières voisines. Les Sœurs ont planté 2 700 arbres en route vers la création d’une ferme biodynamique.

Les fermes gérées par l’Église comme celles-ci visent à prendre soin de la terre et de ses créatures tout en apportant des pratiques agricoles résilientes aux communautés qu’elles desservent.

Finance pour une meilleure monde

Ce champ est requis

Ce champ est requis

Veuillez fournir un email valide

Message de réussite